lundi 2 novembre 2015

➤ AG des Interluttants - 05/12016 - 19h00


Jeudi 5 novembre 19h00 au Café Citoyen à Lille

7 place du Vieux Marché aux Chevaux

Ordre du jour :
  • Coordination nationale de Montpellier du 20 au 22 novembre
  • AG commune avec la CIP Picardie
  • Actions


lundi 5 octobre 2015

QUAND LA LUTTE PAIE !

Le Conseil d’État annule l’arrêté ministériel rendant obligatoire la nouvelle convention d’assurance chômage, qui ne sera plus applicable à compter du 1er mars 2016.


Diverses associations et salariés ont attaqué l’arrêté du 25 juin 2014 du ministre du travail, de l’emploi et du dialogue social rendant obligatoire la convention du 14 mai 2014 relative à l’indemnisation du chômage.

Le Conseil d’État a estimé illégal le dispositif de « différé d’indemnisation ». Un tel dispositif est possible dans son principe, mais les modalités prévues par la convention pouvaient aboutir à priver certains salariés licenciés illégalement de toute indemnisation des préjudices autres que la perte de revenus liée au licenciement.
Pour garantir la continuité du système de l’assurance-chômage, le Conseil d’État a reporté  au 1er mars 2016 l’annulation de l’arrêté ministériel rendant obligatoire la nouvelle convention d’assurance chômage du 14 mai 2014, sauf en ce qui concerne la récupération des prestations versées à tort et des obligations déclaratives des assurées.

Le cadre juridique et la procédure :
Le système de l’assurance-chômage est organisé par le code du travail, qui prévoit qu’une grande partie des dispositions d’application est négociée par les partenaires sociaux. La convention relative à l’assurance chômage, à laquelle sont annexés un certain nombre de textes, fait ensuite l’objet d’un agrément par le ministre chargé du travail, qui rend cette convention obligatoire pour tous les employeurs et salariés concernés.

Diverses associations et salariés ont demandé au Conseil d’État d’annuler l’arrêté du 25 juin 2014 du ministre du travail, de l’emploi et du dialogue social portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l’indemnisation du chômage ainsi que des divers textes qui sont annexés à cette convention.

Pour accéder au comminiqué en ligne : < CLIQUEZ ICI  >

jeudi 17 septembre 2015

ASSURANCE CHÔMAGE, ALLONS-NOUS GAGNER ?

Réunion-débat au Café citoyen - Lundi 21 septembre 2015 à 19h00Réunion-débat

autour de la possible annulation de la Convention d'assurance chômage de 2014par le Conseil d'Etat. 


Suite à l'audience publique du 14 septembre. Avec Thierry Decocq, dont l'association Hempire Scène Logic a participé à la requête au Conseil d'Etat.


Les précaires reprennent espoir au Conseil d’État | L'Humanité

AFP
Le rapporteur public est allé dans le sens espéré par les associations de chômeurs, intermittents et le syndicat CGT, lors de l’examen du recours contre la dernière convention d’indemnisation du chômage.

Pour lire l'article complet 
> Les précaires reprennent espoir au Conseil d’État | L'Humanité

vendredi 28 août 2015

INVITATION - Collectif régional Arts et Culture Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Quelle politique pour les arts et la culture
dans la grande région Nord-Pas-de-Calais Picardie ?

Le lundi 28 septembre à 18h30 - à la Maison de la Culture d’Amiens

Le Syndeac - Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles
Le Synavi - Syndicat des arts vivants, regroupant des compagnies artistiques indépendantes
Le SNSP - Syndicat national des Scènes publiques
Actes Pro - Association des compagnies professionnelles en Picardie
50° nord Réseau transfrontalier d’art contemporain
Le Réseau de Scènes en Picardie
La FRAAP - Fédération des Réseaux et Associations d’Artistes Plasticiens
Le RésO Picardie
Les Réseaux cinéma et éducation aux images des région Nord – Pas-de-Calais et Picardie
Le RAOUL - Réseau des Musiques Actuelles en Nord/Pas-de-Calais
Le Patch - Réseau des Musiques Actuelles en Picardie
Territoires de Cirque réseau national de lieux de production et de diffusion fondé par les Pôles Cirque
Artoiscope - Réseau des professionnels de l’Art et des Spectacles en Artois
Le Collectif Jeune Public Nord – Pas-de-Calais
Nord – Pas-de-Calais en Scène
Le CR2L Picardie - Centre Régional Livre et Lecture
Le CAAP - Comité des Artistes-Auteurs Plasticiens
Le SNAP CGT
Pôle Nord et des artistes et collectifs indépendants
Téléchargez l'invitation en PDF, en cliquant ici !

mardi 23 juin 2015

Débat au Café Citoyen...


L'intermittence est-elle soluble dans la loi Rebsamen ?

Quel avenir pour les annexes 8 et 10 ?

Mercredi 24 juin 2015 à 18h00 au Café Citoyen (7 place du Vieux Marché aux Chevaux - Lille)

Débat animé par Thierry Decocq - Interluttants 59/62
Mercredi 24 juin 2015 à 18h00
au Café Citoyen (7 place du Vieux Marché aux Chevaux - Lille)

mardi 16 juin 2015

Prochain rendez-vous...

Nous ferons notamment le compte rendu de la
Coordination Nationale des Intermittents et des Précaires de Bordeaux.



mercredi 20 mai 2015

ASSISES DE LA CULTURE ET DE L’EDUCATION POPULAIRE de Douchy-les-Mines

A ce jour, les intervenants seront :

  • Jean-Maurice BOUDEULLE et Guillaume SAYON 
  • Nicolas GRARD 
  • François DERQUENNE et Michel GRABOWSKI 
  • Séverine DEMAILLY et Pierre DUBUISSON 
  • Nathalie DESRUMAUX, Stéphane TITELEIN et Stéphane VERRUE 





N'hésitez pas à faire suivre dans vos réseaux !



mardi 19 mai 2015

URGENT ! PROCHAINE AG

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE Mercredi 20 mai 2015 19h00 - à LA VERRIERE - 28 rue Alphonse Mercier - LILLE

Nous comptons sur vous ! Soyez présents ! 

Il nous faut élire un nouveau bureau pour l'ACLAC...
Il y a urgence à débriefer la Coord Nat de Lille, informer des dangers de la loi Rebsamen concernant l'intermittence, mais pas seulement...
le congrès du PS à Poitiers, la désignation de nouveaux mandatés pour la prochaine Coord Nat de Bordeaux, etc...

jeudi 7 mai 2015

ANNULATION Prochaine AG - Jeudi 14 mai 2015 à 19h00


Comme nous ne pouvons plus avoir la MRES comme prévu le 14, que le Café Citoyen qui aurait pu nous dépanner dans l'urgence est en travaux, que Marie Pierre ne pourra pas être là alors qu'il nous faut élire un nouveau bureau pour l'ACLAC, qu'on redoute un manque de monde en ce jour d'Ascension, l'assemblée générale est annulée.
Une nouvelle date d'AG tombera très vite. Il y a urgence à débriefer la Coord Nat de Lille, informer des dangers de la loi Rebsamen concernant l'intermittence mais pas seulement, le congrès du PS à Poitiers, la désignation de nouveaux mandatés pour la prochaine Coord Nat de Bordeaux...

lundi 27 avril 2015

Lettre ouverte à M. Destival, Directeur de l'UNEDIC - le 24 avril 2015

Lettre ouverte envoyée le 24 avril 2015, à M. Destival, Directeur de l'UNEDIC.

Monsieur le Directeur,

Les avenants du 25 mars, signés le 1er avril, relatifs au droit d'option sont en vigueur.
Ils sont censés corriger ce que d'aucuns appellent "les effets pervers des droits rechargeables".
En ce qui nous concerne, nous nous posons des questions sur l'absence d'anticipation devant cette catastrophe pourtant annoncée, puis sur le manque de réactivité face à l'ampleur du désastre.

La mise en musique de ce droit d'option n'est pas mieux, on assiste à une véritable cacophonie, jalonnée d'obstacles :

  • absence d'information des demandeurs d'emploi sur ce nouveau choix leur permettant d'opter pour de nouvelles allocations en abandonnant un reliquat d'indemnisation dont le montant ne leur permet pas de survivre,
  • Des instructions, modes opératoires, circulaires, tombent : parfois contradictoires souvent incompréhensibles, même par les agents  qui sont censés les appliquer
  • Le personnel est incité, dans les agences locales,  à éviter le sujet du droit d'option jusqu'en juin (!) à cause de la lourdeur et la complexité de la gestion de ces dossiers qui doit être effectuée de manière manuelle (8 étapes de traitement multipliées par deux), le système informatique n'étant pas opérationnel avant juin ou juillet
De ce fait, le droit d'option est quasiment inaccessible par la majorité des personnes qui pourrait en bénéficier.
Des rejets abusifs sont adressés à ceux qui demandent à opter :

  • justifier d'une reprise de droit depuis le 1er octobre 2014
  • justifier d’une reprise de droit (suite à cessation d’inscription) depuis le 1er octobre 2014
  • une demande expresse ne rentre dans le cadre des nouveaux avenants du 25 mars 2015
  • etc...

Considérez-vous qu'il soit normal de faire des efforts insurmontables pour savoir ce qui est applicable, ce qui ne l'est pas et quelles sont les règles de droit ?

Nous avons dû créer des équipes de décryptage pour comprendre les textes qui régissent l'indemnisation des chômeurs (convention, règlement général, accords d'applications, circulaire de mise en œuvre, avenants...) afin de les informer sur leurs droits et les défendre. Le personnel de Pôle Emploi est lui-même en difficulté pour mettre en application les modes opératoires, notamment du droit d'option.

Des dossiers similaires sont traités de façons différentes suivant les régions, les agences Pole Emploi. C'est inadmissible !

Sous  couvert d'économies, les conditions d'obtention du droit d'option sont déjà plus que restrictives. Le manque de clarté et l'interprétation des textes  entre les services de la réglementation  de l'Unedic et ceux de Pole emploi/Pôle Emploi Services sont une condition invisible supplémentaire, savamment entretenue afin d'exclure  silencieusement des chômeurs de leurs droits.

Il y a URGENCE, nous vous demandons de faire le nécessaire pour traduire les règles relatives au droit d'option, en langage clair, intelligible, accessible à tous. D'ailleurs, si vous pouviez réaliser cette mission qui vous est dévolue, dans le même sens, systématiquement pour tous les textes qui régissent les droits des chômeurs, en particulier l'indemnisation, en dehors du fait que cela nous ferait des vacances, cela éviterait d'égarer les usagers dans des méandres et circonvolutions aboutissant à la privation de leurs droits.
Sincères salutations,

Le Réseau Action Juridique Convention Assurance Chômage
Permanences d'accueil chômeurs précaires :
Collectif Unitaire 69, CAP CIP-IDF - Paris, Kic-Calvados, CIPCL Nancy, CIP Picardie, CIP Bourgogne, CIP 38, CIP Franche Comté, CIP Gironde, CIP Marseille, CIP Languedoc Roussillon, Interluttants 59/62, CIP Limousin, CIP Bretagne, CIP Côte d'Azur, Les Matermittentes, Recours Radiation

mercredi 22 avril 2015

Synthèse de la Coordination Nationale des Intermittents et Précaires - Avril 2015

La réforme de l'assurance chômage, on en est où ?
Ce qui est désormais avéré, c'est que rien n'est réglé !

Coordination Nationale des Intermittents et Précaires – Avril 2015


Les effets d'annonce du gouvernement ont pu faire penser que les intermittents du spectacle avaient "sauvé leur peau".
Il n'en est rien : voici donc quelques explications.

DROITS RECHARGEABLES et DROITS D'OPTION
Dès le mois de mars 2014, la Coordination des Intermittents et Précaires avait décrypté la convention d'assurance chômage et prévu la catastrophe des droits rechargeables qui, depuis, a mis à mal plus de 500.000 chômeurs. De cette lutte a découlé une série d'amendements à cette convention. Ceux-ci permettent de rattraper 120.000 des allocataires les plus fragiles, les autres (plus des 2 tiers) restant dans une situation de précarité accrue.
La lutte permanente a également permis de faire valoir notre modèle d’indemnisation, prouvant que l’on pouvait couvrir les plus précaires en dépensant moins. Et pour la première fois, dans le cadre des tables de concertation sur les annexes 8 et 10 (relatives à l'intermittence au sein de l'assurance-chômage), mises en place par Manuel Valls en juin 2014, l’UNEDIC a été forcée de reconnaître que nos propositions ne sont pas plus coûteuses. Un modèle vertueux peut donc être mis en place.
Ces tables de concertation auront permis de démontrer, une bonne fois pour toutes, que la réforme de 2003 n’a pas été économique -puisqu’elle coûte plus cher-, mais idéologique. Notre société n’est pas du tout adaptée à la discontinuité de l’emploi, toutes les règles sont élaborées pour l’emploi permanent.
Actuellement, 86% des embauches se font en CDD, le nombre de chômeurs à activité réduite (catégories B et C) a explosé et 6 chômeurs sur 10 ne sont pas indemnisés. Il est donc urgent d’arrêter de mentir avec les mots "plein emploi", pour enfin assurer une réelle continuité de revenus pour tous.

LOI REBSAMEN

Présentée le 22 avril devant le Conseil des ministres, le projet de Loi Rebsamen sur le dialogue social instaure une série d'attaques au Code du Travail et risque de fragiliser encore plus les chômeurs du régime général, ainsi que les allocataires du RSA et des annexes 8 et 10.

  • Le salarié aura désormais plus de difficultés à faire valoir ses droits auprès de son patron, dans le cadre d'un dialogue social fortement affaibli.
  • La mise en place de la Prime d'Activité (qui remplace le RSA d'Activité), continue d'encourager, par son système pernicieux, l'acceptation par le salarié de n'importe quel travail dans n'importe quelles conditions. Elle maintient ainsi les travailleurs modestes dans l'obligation d'accepter des contrats précaires faiblement rémunérés et encourage les patrons à proposer ce type d'emplois.
  • Enfin, malgré nos revendications maintes fois réitérées cette proposition de loi sanctuarise les annexes 8 et 10. Le gouvernement persiste à séparer les intermittents du spectacle du reste des chômeurs, alors qu’il y a une réelle porosité avec le régime général. Nous répétons que les annexes doivent pleinement rester dans la solidarité interprofessionnelle.

De plus, il est inacceptable que les confédérations syndicales (de salariés et d'employeurs) fixent un budget en amont de la négociation avec les syndicats du secteur. C’est acter la notion de budget à part, donc de caisse à part, et de déficit à part. Les 110.000 intermittents du spectacle ne coûtent pas plus chers qu’une moyenne de 110.000 chômeurs, quels qu'ils soient.
Il faut cesser la stigmatisation et penser à des mesures justes et adaptées aux situations particulières plutôt qu'à des schémas qui s'apparentent à une caisse autonome. Ce n’est pas le budget qui doit guider les négociations, mais les besoins.
Ensuite, sanctuariser un titre (les annexes 8 et 10) est juste inutile si on ne grave pas dans le marbre ce qu'il contient en réalité. Le gros risque en la matière serait alors que, sans le faire savoir, le MEDEF ait la possibilité de vider de sa substance ce qui ne serait alors plus qu'une pauvre coquille vide. On aurait alors assisté à une magnifique opération de communication, dont les allocataires des annexes 8 et 10 paieraient les pots cassés.
Enfin, on constate également que le projet de Loi parle d'experts et de partenaires sociaux représentatifs pour participer aux négociations. Mais, rien ne garantit la nature de ces "spécialistes", qui pourront varier en fonction des personnes en place et des aléas politiques.

CONGÉS MATERNITÉ
Il faut réformer profondément le système de protection sociale afin de l’adapter à toutes formes d’activités discontinues. Prenons l'exemple du dossier “congés maternité" des intermittentes du spectacle. Par décret (mis en application le 1er février 2015), le premier ministre a décidé de baisser le seuil de 200 à 150 heures à effectuer dans les 3 derniers mois précédant le congé.
Ce toilettage ne règle en rien le vrai sujet : à droit ouvert égal, être enceinte un jour de l’année plutôt qu’un autre a des conséquences terribles, selon les cas. Pour certaines, le congé sera couvert par la sécurité sociale et par l’assurance chômage, pour d’autres, non. Cela est discriminatoire !

PÔLE EMPLOI et GUSO

Pôle Emploi et le GUSO ne doivent plus être des zones de non-droit.
Pour ne prendre que trois exemples : Pôle Emploi a décidé de ne plus prendre en compte les heures de répétitions dans le cadre d’ateliers de création artistique. Les œuvres répétées doivent être préalablement écrites et suivies de représentations publiques. Ainsi, bon nombre d’artistes voient-ils basculer ces heures au régime général. Pourquoi ? Personne ne peut le dire !
Le GUSO applique des nouvelles règles au cas par cas. Ainsi, des chanteuses lyriques se produisant dans une église ont-elles vu leurs heures refusées, sous le prétexte que le public dans une église n’était pas un vrai public !
Dernier exemple : du théâtre en appartement déclaré en bonne et due forme n’a pas été comptabilisé, parce que le cachet avait été versé en liquide !
Ce n’est pas à Pôle Emploi de décider ce qui relève du champ artistique ou non ! Pour invalider toutes ces mesures hors-la-loi, il faut abolir toutes les directives internes, tous les modes opératoires, qui n’ont aucune valeur en droit.
De plus, un rapprochement des AEM émises par les employeurs et celles transmises par les salariés tous les mois doit permettre de vérifier la cohérence des déclarations et de rectifier celles qui seraient tardives, erronées, ou omises, sans pénalités ni sanctions.

Or, le principe actuel est une double peine : on ne prend pas en compte les heures de travail mal déclarées ou déclarées tardivement pour l’ouverture de droits, mais on les valide pour réclamer des indus. C’est la raison pour laquelle Djamel Chaar s’était immolé par le feu devant une agence de Pôle Emploi de Nantes. Combien de Djamel Chaar faudra-t-il pour que cette mesure de bon sens soit enfin prise ?

dimanche 12 avril 2015

COMMUNIQUE - Coordination Nationale des intermittents et précaires

Lille - 10, 11, 12 avril 2015
L'INFORMATION N'EST PAS UN BUSINESS !!!
La Coordination Nationale des Intermittents et Précaires s'est réunie ce week-end à Lille.
Elle tient à exprimer sa solidarité aux grévistes de Radio France.
Non, nous ne sommes pas un problème, mais une ressource d'utilité publique.
CRÉONS ENSEMBLE DES ESPACES DE LIBERTÉ ET DE PENSÉE !


> Ici les photos !


mercredi 8 avril 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE - Coordination Nationale

7e Coordination Nationaleles 10, 11 et 12 avril à LILLE

Les coordinations et collectifs d'interluttant(e)s, d'intermittent(e)s et précaires se réunissent à Lille pour leur 7e Coordination Nationale depuis l'accord UNEDIC du 22 mars 2014.
60 à 80 délégués de 27 collectifs sont attendus.
Cette Convention Unedic fait des ravages. Elle est un outil de paupérisation massive. Tout cela est une question de choix politiques et non une question économiques : les solutions que nous préconisons ne coûtent pas plus cher mais elles ont le défaut, aux yeux du pouvoir et du patronat, de donner les moyens de vivre dignement à tous.

Au programme : 3 jours de débats, ateliers, réflexions,
spectacles et rencontres.

Les ateliers et débats porteront sur les luttes en cours, les méthodes, les perspectives. Sont invités des représentants venant d'Espagne, de Grèce et de Belgique, de la lutte contre les politiques d'austérité.

SPECTACLES ET SÉANCES PUBLIQUES

  • Vendredi soir : 19h30/00h30

à la maison de quartier Vauban Esquermes – Spectacle
CONFÉRENCE GESTICULÉE DE FRANCK LEPAGE «INCULTURE».   
(Au cours de l'entracte, un repas de lutte est proposé par les habitants du quartier).
  • Samedi soir : 20h30

au Cirque Hostel : SOIRÉE, CONCERT
            - Furieux Ferdinand : chansons slamées
            - Chamot(s) : électro-Rock
  • Dimanche : 14h00/17h00

au Tire-laine : DÉBAT OUVERT – Pour un nouveau modèle d'assurance chômage


Dans le dossier ci-joint, vous trouverez plus de précisions et notamment trois fiches techniques sur :
  • la Convention Unedic, ses amendements, et le modèle que nous préconisons
  • la cohérence des réformes en cours : domestiquer les salariés et faire taire tout le monde, au nom de "l'austérité"
  • nos luttes actuelles sur le terrain juridique
Merci de passer l’information et bienvenue à vous !
Téléchargez le DOSSIER DE PRESSE (PDF)

mardi 7 avril 2015

➤ AG des Interluttants - Logistique Coordination Nationale


Dernière AG avant la Coordination nationale, 
nous devons définir qui sera mandaté(e)s et faire un point sur la logistique !

Petites et grandes missions à remplir, nous comptons sur vous ! 

mercredi 25 mars 2015

En marge de la Coordination Nationale !

Parce qu'on peut lutter en buvant et en frappant du pied,
les interluttants 59/62 organisent un concert lors de la coordination nationale.
Venez nombreux !


Concert interlutteux
samedi 11 avril à 20h30

au Cirque Hostel  (139 Rue des Postes - Lille)

Au programme :
 FURIEUX FERDINAND -  https://soundcloud.com/furieux-ferdinand
 & CHAMOTS - http://leschamots.wix.com/chamots


lundi 23 mars 2015

Compte-rendu AG Interluttants - 17/03/2015

18 mars : Communiqué de la CGT, le MEDEF a annulé (sans consultation préalable) la table ronde sur les droits rechargeables. Manifestations du 18 mars reportées au 09 avril.

02 avril : Journée sur l'entrepreneuriat culturel. Interluttants invités à participer à la discussion de l'après-midi (14h-16h30). Nicolas et Mélanie y vont.

10/11/12 avril 2015 :Coordination Nationale  à Lille :

  • Vendredi après-midi : accueil des arrivants et premier atelier. Salle à trouver. William (désobéissants) et David s'en occupe. MRES et MEP sont demandées.
  • Vendredi soir : Franck Lepage fait une conférence gesticulée.
  • Samedi soir : groupes de musiques, salle à trouver. Déjà les Chamots, Furieux Ferdinand. D'autres groupes se proposent pour faire la grosse fiesta ?
    → appeler Audrey.
  • Samedi et dimanche : plénières et commissions au Tire-Laine (nous avons donc la verrière, les deux salles du RDC capacité 15 personnes, 2 salles au 1er cap. 15 personnes, 1 local pour le catring, jardin, WC). 
    • Pas d'accès à la cuisine. Un prêt, pas une location. L'ACLAC possibilité de signer une convention de prêt ?
    • Catring : pas de point d'eau !
    • Logistique à avoir : tables, chaises, PQ, ménage. Eau vaisselle ?

Note : il faudra articuler programmations de la coordination et des ateliers.

  • Ateliers en parallèle de la Coord Nat : par les désobéissants (William et Samuel). Théorie et Action.
  • Hébergements : pour l'instant possibilité d'une 20aine de personnes, il faut le triple !
    → contacter Mélanie. Collectif des Arts de la Rue et Hempire Scene Logic font bouger les réseaux.
  • Construction d'un dossier de presse : Nathalie, Thierry et Xavier.
  • Ordre du jour en construction :
    • loi Rebsamen
    • Retour des commissions
    • lien CIP nationale, CIP IDF, CIP régions (Paul-Marie Montpellier?)
    • idée livret

jeudi 12 mars 2015

Oyé les InterLuttant-e-s du Nord-Pas-de-Calais,

Parce qu'il y a plein de trucs à faire
et que la lutte se construit en collectif, 
VIENS !


Ce que nous défendons, nous le défendons pour tou-te-s   
À diffuser et à partager, Merci !

samedi 28 février 2015

Communiqué de presse du 10 février 2015

UNEDIC : APRES PROPAGANDE ET MENSONGE,
L’HEURE EST A LA MANIPULATION !


Après avoir usé d’une propagande sur les droits rechargeables, véritable panacée pour encourager la reprise d'emploi et protéger les chômeurs qui se verraient octroyés davantage de droits à l’indemnisation, l’UNEDIC d’un aveu partiel, reconnaît pudiquement des dysfonctionnements profonds liés aux mécanismes mis en place.

Poussé  dans  ses  retranchements  par  les milliers  de  réactions  catastrophées  (chômeurs et  personnel  de  Pôle Emploi , par la dénonciation à maintes et maintes reprises de cette nouvelle convention d’assurance chômage – par des actions multiples et variées : occupations, participation aux tables de concertation, recours au conseil d’état,  mise  en  place  de  permanences, interpellations des  médiateurs  régionaux,  et  nationaux,  Directeur Général de Pôle Emploi et du Défenseur des droits l’UNEDIC, lors du Conseil d’Administration du 29 janvier 2015 confirme l’ampleur des dégâts :  "La  mise  en  œuvre  des  règles  fait  l’objet  d’un  suivi  continu,  qui  a notamment  permis d’identifier  des  situations  pour  lesquelles  la  mise  en  place  des  droits  rechargeables conduisait à une  baisse  important du revenu".

Pour minimiser les effets de leur mise en place, le bureau de l’UNEDIC, avec sa mauvaise foi habituelle, sortait de son chapeau, le 14 janvier dernier, une note prétendant évaluer et chiffrer : 30 000 personnes lésées ! 

De qui se moque-t-on ?

Les juges et partis des chiffrages UNEDIC ont défini les paramètres qui permettent d’occulter considérablement le champ et le nombre des personnes flouées en les limitant à 30 000.

Quatre mois après l’application de cette nouvelle convention d’assurance chômage dans son intégralité (1er octobre , nos permanences associatives et nos collectifs locaux sont submergés d’appels, de messages, de visites auxquels nous devons faire face. Ces débordements révèlent une situation bien plus dramatique que le chiffre communiqué par l’Unedic.

Il  ne  faut  pas  être  statisticien  pour  comprendre :  toutes  les  règles  de  cette  nouvelle convention ont  pour objectif la réduction des droits des chômeurs, donc TOUS LES CHÔMEURS sont lésés !  

Nous menons, grâce aux permanences mises en place sur tout le territoire une action collective qui recense les centaines  de milliers  de  cas  de  personnes  flouées  par  cette  nouvelle convention  à  travers  la  diversité  des situations : droits rechargeables, basculement d'annexe au régime général, activité reprise, obligation d’aller à l’épuisement des droits ouverts, etc...

Nous  avons  créé  un  adresse  mail  pour  recueillir  et  transmettre  aux  Médiateurs  Régionaux,  au Médiateur National, au Défenseur  des Droits,  toutes les  doléances, inquiétudes,  protestations... appels au  secours  dont nous sommes destinataires :
                                                          

catadroitsrechargeablesetc@jurikic.com


Nous  exigeons  que  les  effets  néfastes  consécutifs  à  l’application  de  cette  convention  soient  mesurer  à  leur juste niveau, qu’ils soient corrigés, en urgence, pas par des "repêchages" individuels, au cas par cas, mais par la demande expresse d’ouverture des droits accessible à tous.

L’intérêt serait triple :

  • respecter le principe d’égalité ;
  • permettre à  tous  ceux  qui sont aujourd’hui acculés à épuiser  des  droits  de misère,  de  reprendre  un emploi sans risquer de repousser indéfiniment leurs "résidus" d’indemnisation ;
  • éviter d’encombrer les tribunaux : plusieurs dossiers vont être déposés prochainement par nos avocats.

Notre lutte pour le droit à un revenu pour tous,
qui ne se décharge pas, au bon vouloir du MEDEF, continue !


Coordination Nationale des Permanences
d’Accueil Juridiques Contentieux Chômage 

dimanche 15 février 2015

Prochains Rendez-vous...

    X X X X X X X X X X X X

  • Lundi 16 février
au Théâtre du Nord à Lille
Réunion régionale de la création artistique et de la Culture
Picardie / Nord – Pas de Calais
- Ateliers à partir de 14h30
- Restitution publique à 18h30
    X X X X X X X X X X X X

  • Mardi 17 février 
à L'Idiot à Lille (23 rue de l'Hôpital militaire)
Réunion Commission Action
- de 18h à 21h00
    X X X X X X X X X X X X

  • Vendredi 20 février 
Au Café Citoyen à Lille (7 Place du Vieux Marché aux Chevaux)
Réunion logistique pour la prochaine Coordination nationale 
- de 18h à 21h00
X X X X X X X X X X X X
La Lutte continue ! SOYONS NOMBREUX !

dimanche 8 février 2015

➤ AG des Interluttants à la MRES mercredi prochain !

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE / Mercredi 11 février - 18h00 > 21h00 / M.R.E.S (Maison Régionale de l’Environnement et des Solidarités) / 23 rue Gosselet - LILLE
Attention à ne pas confondre avec la réunion de préparation de la prochaine
Coordination Nationale le mardi 10 février au Grand Bleu.

Nous ne sommes pas pris d'une furieuse réunionite aiguë, MAIS nous ne parlerons pas de la même chose !
Rappel : la réunion de mardi 10 février au Grand Bleu tournera autour de la préparation et la logistique générale de la prochaine Coordination nationale (mail envoyé le 5 février) qui aura lieu à Lille en avril prochain.
Cette Assemblée Générale sera l'occasion de débattre du positionnement politique ainsi que des actions à venir de la Coordination des InterLuttant-es du Nord-Pas-de-Calais.

Nous avons besoin de tout le monde !
Toutes les décisions se prennent en collectif.
Si vous n'êtes pas d'accord avec le sens de la lutte, venez en débattre.
Si vous êtes d'accord avec le sens de la lutte, venez aussi.

Ne laissez pas les autres penser et décider pour vous, soyez acteurs de votre lutte.

Ce que nous défendons, nous le défendons ensemble !

À diffuser et à partagermerci.

vendredi 6 février 2015

URGENT ! Préparation Coordination nationale à Lille

La Coordination des InterLuttants 59-62 accueille la prochaine Coordination Nationale à Lille  Réunion de préparation : organisation logistique générale   Mardi 10 février 2015 - 18h00 > 21h00 au GRAND BLEU 36 Avenue Marx Dormoy - LILLE (métro Bois Blanc)
x x x x x x x x x x x x x x x x x x x

Depuis avril 2014, les Coordinations d'interluttant-es, d'intermittent-es et précaires 
de toutes les régions de France se réunissent pour organiser la lutte. 
Après Paris, Montpellier, Avignon, Dijon, Toulouse et Lyon,

La Coordination des InterLuttants 59-62 accueille la prochaine Coordination Nationale à Lille

x x x

Nous avons besoin de tout le monde.
Utilisons et mettons en commun nos réseaux pour accueillir durant 3 jours et 2 nuits
une quarantaine d'interluttant-es venant de toute la France !

LA LUTTE S'ORGANISE EN COLLECTIF

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous-tes

x x x x x x x x x x x x x x x x x x x

À diffuser et à partager par mails, Facebook, téléphone, sms, 
signaux de fumée, de bouche à oreille… Merci

Communiqué du 6 février 2015

Communiqué de presse de la Coordination Nationale des Précaires, Chômeurs, Intermittents et Intérimaires ayant réuni 22 collectifs et coordinations de toute la France les 16, 17 et 18 janvier 2015 à Lyon.


Le 11 février 2015 se tiendra la dernière table de concertation, en présence de Manuel Valls, François  Rebsamen et Fleur Pellerin. À cette occasion, nous tenons à rappeler la position de la Coordination  Nationale.

Notre mouvement de précaires, chômeurs, intermittents et intérimaires maintient un rapport de force depuis 2003. Notre lutte n'a de cesse d'alerter les gouvernements des conséquences catastrophiques de mesures iniques, qui aggravent les conditions de tous les travailleurs dans la précarité de l'emploi (atteintes aux congés maternité, glissement de la date anniversaire, droits rechargeables, différé d'indemnisation...).

Les renégociations anti-démocratiques de la convention d'assurance chômage en mars 2014, par les partenaires dit « sociaux », ont suscité une nouvelle levée de boucliers sur deux fronts :

  • sur le terrain par des grèves et des actions. 
  • sur le plan politique par des propositions chiffrées, le dépôt d'un recours au Conseil d'État, des recours auprès des tribunaux compétents localement, la création de commissions interrégionales permanentes pour la défense de nos droits et la défense de nos propositions et la mise en place de permanences juridiques sur tout le territoire.

Notre détermination a provoqué la tenue et notre participation active aux tables de concertation. Ces entretiens ont révélé notre compétence et la pertinence de notre analyse sur les pratiques professionnelles des salariés du spectacle, ainsi que la méconnaissance de nos interlocuteurs sur les réalités de tous les travailleurs précaires. L'écoute, difficilement obtenue, a permis la reconnaissance de la viabilité d'un modèle plus juste et moins coûteux que celui appliqué.

À l'issue de ces concertations, le gouvernement a répondu en proposant une loi spécifique aux annexes 8 et 10.

Cette loi est-elle une avancée ?

Cette proposition n'est pas la finalité de notre lutte. Nous ne sommes pas dupes. Elle ne peut être une réponse à l'ensemble de nos revendications. Nous émettons une réserve sur ce qui n'est que l'énonciation d'un cadre. Nous restons en alerte. Nous ne relâchons pas le rapport de force et tenons à être concertés pour définir la teneur du projet de loi et des décrets d'application et amendements qui suivront.

Nous ne voulons pas être sauvés, « sanctuarisés » non-plus ! 

Nous ne nous détournons pas des objectifs de notre lutte pour des droits sociaux plus justes :
  • Que chaque chômeur indemnisé puisse faire une demande expresse de réexamen de ses droits. L'obligation d'épuiser des allocations chômage misérables alors que l'on a acquis des indemnités plus importantes est inadmissible. La communication faite sur ces droits rechargeables par l'UNEDIC et les partenaires sociaux signataires relève de la propagande.
  • La refonte totale de la gouvernance de l’UNEDIC, pour un fonctionnement démocratique afin que seuls les salariés, avec ou sans emploi, aient un réel pouvoir de décision et garantissent leur représentativité.
  • Une meilleure prise en compte des congés maladie, maternité, paternité ainsi que de la formation professionnelle.
  • La prise en considération du Nouveau Modèle, s'inscrivant dans la solidarité interprofessionnelle, comme outil à la création d'une annexe unique pour tous les travailleurs en emploi discontinu.

Face à la discontinuité de l'emploi nous nous battons pour la continuité des revenus. Nos propositions s’inscrivent dans une réflexion pour une meilleure protection sociale de cette réalité du travail. Elles constituent un véritable modèle d'indemnisation pour tous les salariés dans la précarité de l'emploi. Notre position reste inchangée :

CE QUE NOUS DÉFENDONS, NOUS LE DÉFENDONS POUR TOUTES ET TOUS !

vendredi 30 janvier 2015

Stage STRATÉGIE DE MOBILISATION & MÉTHODE ALINSKY - CIP Picardie


- Ce stage présente les éléments nécessaires à l’élaboration d’une stratégie, 
- donne des notions sur la méthode Alinsky de mobilisation d’une population, 
- invite le groupe à se familiariser avec la cartographie de la lutte…

> Organisé par la Boîte sans projet et le Collectif des désobéissants

mardi 27 janvier 2015

Synthèse de la coordination nationale sur le projet de loi du gouvernement concernant les annexes 8 et 10 de la convention d'assurance chômage

Notre mouvement de précaires, chômeurs, intermittents, maintient un rapport de force depuis 2003.

Notre lutte n'a eu de cesse d'alerter les gouvernements des conséquences catastrophiques de mesures
iniques qui aggravent les conditions de tous les travailleurs dans la précarité de l'emploi (atteintes aux
congés maternité, glissement de la date anniversaire, droits rechargeables, différé d'indemnisation...)

Les renégociations antidémocratiques et antisociales de la convention d'assurance chômage en mars
2014, par les partenaires dit « sociaux », a provoqué une nouvelle levée de boucliers sur deux fronts :

  • sur le terrain par des grèves et des actions.
  • sur le plan politique par des propositions chiffrées, le dépôt d'un recours au Conseil d'État, des recours auprès des tribunaux compétents localement, la création d'une commission « légistes »...

Notre détermination a provoqué la tenue et notre participation active aux tables de concertation. Ces
entretiens ont révélé notre compétence et la pertinence de notre analyse sur nos pratiques professionnelles, ainsi que la méconnaissance de nos interlocuteurs sur nos réalités.
L'écoute, durement obtenue, a permis la reconnaissance de la viabilité d'un modèle plus juste et moins coûteux que celui appliqué.

A l'issue de ces concertations, le gouvernement a répondu par la proposition d'une loi spécifique aux
annexes 8 et 10.

Cette loi est-elle une avancée ?

Cette proposition n'est pas la finalité de notre lutte. Nous ne sommes pas dupes.
Nous mettons une réserve sur une législation qui n'est qu'une énonciation d'un cadre. Elle ne peut être
une réponse à l'ensemble de nos revendications. Nous restons en alerte. Nous ne relâchons pas le rapport de force et tenons à être concertés pour définir la teneur du projet de loi.

Nous ne voulons pas êtres sauvés, sanctuarisés non-plus !

Nous ne nous détournons pas des objectifs de notre lutte pour des droits sociaux plus justes :

  • L'établissement du droit d'option et l'élargissement du de la demande expresse de réexamen à tous afin de sortir de l'automaticité des droits rechargeables qui maintiennent dans la précarité
  • La refonte totale de la gouvernance de l’UNEDIC, pour un fonctionnement démocratique afin que seuls les salariés aient un réel pouvoir de décision et garantissent leur représentativité.
  • Une meilleure prise en compte des congés maladie, maternité, paternité ainsi que celle de la formation professionnelle.
  • La prise en considération du Nouveau Modèle, s'inscrivant dans la solidarité interprofessionnelle, comme outil à la création d'une annexe unique pour tous les travailleurs en emploi discontinu.

Face à la discontinuité de l'emploi nous nous battons pour la continuité des revenus.
Nos propositions s’inscrivent dans une réflexion pour une meilleure protection sociale de cette réalité du travail. Elles constituent un véritable modèle d'indemnisation pour tous les salariés dans la précarité de l'emploi.

Notre position reste inchangée :

CE QUE NOUS DÉFENDONS, NOUS LE DÉFENDONS POUR TOUTES ET TOUS !

vendredi 23 janvier 2015

lundi 19 janvier 2015

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE de la CIP-Picardie

 x x x x x x x x x x x x x x x x  

En vue de la création prochainement de la

Coordination InterLuttante GRAND NORD
Normandie/Nord-Pas-de-Calais/Picardie,

les InterLuttant-es 59-62 sont invité-es à participer à

l'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
de la CIP-Picardie


Lundi 19 janvier à 19h00
2 rue Lescouvé - AMIENS

x x x x x x x x x x x x x x x x

dimanche 18 janvier 2015

Petit Bilan - Coordination Nationale

"La coordination Nationale des intermittents et précaires s'est bien terminée à Lyon...

La création d'une nouvelle commission "institutions" pour préparer les prochaines échéances. Et la poursuite des travaux en cours : recours au conseil d'État, le off est à nous, décryptage de l'accord et ses conséquences, nouveau modèle... Merci au ‪#‎cu69‬ !

RDV aux futures AG des collectifs et coordinations présentes.

Sinon RDV en action/manifestation/rassemblements :

  • partout le 26 janvier contre le projet de loi Macron,
  • le 17 février pour le procès de Victor à Rodez, symbole de la répression contre les luttes sociales,
  • et du 18 au 22 mars à Paris et Lyon notamment pour une convergence européenne (ouverture de la banque centrale européenne à Francfort) et aussi pour le funeste anniversaire de l'accord Unedic du 22 mars 2014 (modifié et signé le 14 mai par les partenaires associaux)...
  • Une prochaine coordination nationale devrait se tenir quelque part en France, aux alentours de la fin mars/mi-avril...

Nous sommes les experts de nos vies !

D'ici là, les commissions nationales décryptage de l'accord UNEDIC, Nouveau Modèle (d'indemnisation chômage), le Off est à nous et donc Institutions vont poursuivre leur travail.

Rejoignez les CIP et les collectifs unitaires dans vos régions, il y en a partout à l'œuvre pour la liberté d'expression et le droit à manifester, agir, pour nos droits sociaux.

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous ! "

vendredi 16 janvier 2015

6e Coordination Nationale - LYON

x x x x x x x x x x x x
À partir d'aujourd'hui et jusqu'à dimanche,
les coordinations, collectifs d'interluttants, d'intermittents et précaires se réunissent à Lyon pour leur 6e Coordination Nationale depuis l'accord UNEDIC du 22 mars 2014.

x x x x x x x x x x x x

CE QUE NOUS DÉFENDONS, NOUS LE DÉFENDONS POUR TOUS !

Dès le début du mois de février 2014 (tandis que les "partenaires sociaux" se réunissaient autour des propositions du MEDEF sur les réformes de l'UNEDIC), comprenant la dangerosité des propositions du patronat et des catastrophes que cela allaient entraîner, des personnes se sont levées en régions pour dire NON… et les premières marches pour la culture ont vu le jour à Marseille, Nantes, Lyon, Paris, Rennes, Lille, Montpellier...

On se rappelle tous de Filippetti dire à l'Assemblée Nationale qu'un tel accord ne pouvait être signé par les partenaires sociaux, on se rappelle aussi de Rebsamen, maire de Dijon à ce moment-là, fustiger les propositions du MEDEF et clamer ses liens avec les acteurs culturels de sa ville, on se souvient enfin de FO dire que de tels propositions étaient inacceptables et tracter contre ce projet jusqu'au matin du 21 mars.

Des Collectifs et Coordinations d'intermittents et de précaires se sont alors (re)créés en régions, par départements ou en local pour se faire entendre d'un gouvernement prêchant pourtant la main tendu mais refusant cependant tout dialogue ni même lire nos propositions misent sur la table.

Depuis le mois de mars 2014, les Collectifs et Coordinations se réunissent en Assemblée Générale ou en réunion régulièrement (hébdomadaire, bi-mensuelle ou mensuelle) en fonction des régions, des forces qui les composent et de l'urgence de l'actualité ;
Chaque Collectifs et Coordinations sont autonomes dans leurs décisions ;

La Coordination Nationale se réunit en Assemblée Générale tous les 2 mois pour débattre, se positionner et acter globalement et nationalement sur une ligne de défense et pour combattre les réformes misent en place par le gouvernement actuel.

Après Paris, Montpellier, Avignon, Dijon et Toulouse, c'est au tour de Lyon d'accueillir cette nouvelle Coordination Nationale. Un grand merci au Collectif Unitaire 69.
x x x x x x x x x x x x
Nous ne sommes ni un syndicat, ni un parti politique, ni même une association ; 
Nous sommes des travailleurs précaires et des chômeurs souhaitant ne pas voir notre société finir aux mains des politiques néo-libérales imposées par les gouvernements européens et français ;
Nous sommes des femmes et des hommes libres souhaitant que la culture, l'éducation, la santé et les transports soient au service du public !

Enfin, nous avons besoin de toutes les personnes motivées à venir nous rejoindre pour que chacun-es réinvestissent et se ré-approprient le champs politique militant.

Toutes les infos :
> pour se rapprocher des Collectifs en région : CIP / Contacts & liens dans ma région
> pour tout savoir en région Nord-Pas-de-Calais :