vendredi 12 septembre 2014

Compte-rendu de l'AG du 9 septembre 2014 - Théâtre de la Verrière

L'assemblée est présidée par David, assisté par Mélanie pour la prise de tours de parole et Xavier en tant que rapporteur.  
Déroulé - Introduction

  • Mot (anaphore) d'introduction du président.
  • Rappel de la nécessité de récupérer pour chacun le matériel (sacs de couchage, etc...) restant de l'occupation de la Drac de Lille et entreposé, maintenant depuis trois mois, au Théâtre de la Verrière.
    → Il est VOTÉ que si, d'ici une semaine, les propriétaires ne se manifestent pas, le matériel sera envoyé à Calais en soutient aux migrants.
  • Rappel de la nécessité pour ceux ayant engagé des frais, de se manifester et surtout de fournir leurs factures auprès d'Annick.
  • Point Trésorerie : Compte bancaire crédité d'environ 3000 euros.
    ATTENTION : Plus de sorties que d'entrées – Nécessité de mettre à jour la situation de l'association gérant les comptes et de mandater des signataires supplémentaires.

Coordination Nationale réunie à Dijon du 31 août au 2 septembre. (Retour de la part des Interluttant-e-s présents à l’événement)


  • Retour sur l'effectivité d'une caisse de grève permettant de fournir des cachets à des personnes dont  l'engagement dans des grèves a mis en péril la possibilité de renouvellement des droits d’indemnisation.
  • Constat du fait que certaines coordinations étaient représentées par des personnes qui n'étaient pas intermittent(e)s du spectacle. C'est un signe positif démontrant l'ouverture des rangs des CIP et vérifiant l'implication potentielle – et encore à renforcer - de tous les types de travailleurs précaires, ou « alternatifs » au sein du mouvement de contestation des accords Unedic du 22 mars 2014.
  • Retour région par région, par les coordinations locales, sur la saison estivale, les festivals et les différentes actions menées. (création en juillet d'une nouvelle coordination à Marseille).
    • Retour en particulier sur l'action menée à la supérette Petit Casino d'Avignon : les modalités d'une action dite d'auto-réduction n'ont, semble-t-il, pas été correctement appliquées ; permettant à la direction du magasin de porter plainte pour vol en réunion. Un avocat est en charge du dossier.
      → VOTE pour la solidarité des Interluttant-e-s en cas de nécessité de participation aux frais de justice.
    • Réflexion sur la pertinence des actions menées et de leurs mises en place (ciblage, déroulé, encadrement, anticipation des répercutions, analyse du cadre légal). Évocation de l’intérêt de se rapprocher de ceux qui ont l'habitude de ce genre d'actions (ex : Occupy...).
  • Proposition de la mise en place d'une commission d'accompagnement des personnes dont le dossier au sein du Pôle Emploi pose problème. Cette idée émane du constat fait d'une opacité certaine autour du Pôle Emploi et des décisions prises quant aux dossiers d’indemnisations. Cette commission devra être mise en place dans les plus brefs délais (avec, comme date butoir, le 1er octobre 2014 ; date officielle de mise en application des droits rechargeables). Cette commission serait ainsi la mise en application concrète des analyses issues des décryptages effectués des accords Unedic du 22 mars 2014. Il s'agit alors de créer une association d'accompagnement des requêtes et d'assistance juridique. Le but est également de tisser un réseau local afin de faire communiquer au plus vite les cas de dossiers en litige et de contrer les effets de la mise en place de l'automatisation d'ouverture de droits rendant les études de dossiers d'autant plus impersonnelles et opaques.
    • réflexion faite : faire et clarifier la distinction entre la mission d'accompagnement des dossiers Pôle Emploi et les requêtes au Conseil d’État. (cf Recours-Radiation)
    • témoignage direct de l'une des personnes présentes a propos de son dossier de renouvellement de droits. Comme ce cas cité, des bascules dans le Régime Général sont déjà constatées depuis juillet et se multiplient.
  • Proposition de la mise en place d'une Commission Communication afin de transmettre les informations aux différentes CIP régionales au sein desquelles un référent prendra la responsabilité du relais de ces informations à l’échelle locale.
  • -Une commission « Le Off est à nous » fut créée cet été à Avignon. Le but de cette commission est de mener une réflexion pour un festival d'Avignon Off  plus vertueux. Un appel à volontaires est lancé et un questionnaire a été remis aux participants afin que ces derniers témoignent de leur expérience et émettent leurs réflexions et propositions. Parmi les premières problématiques mises en avant, on trouve : l'encadrement du montant - à tendance inflationniste - des locations des lieux de représentations et des logements, ainsi que la relation avec la municipalité d'Avignon.
  • *réflexion faite : être vigilant à la participation de la municipalité ou d'autres institutions à cette commission (le risque étant, à l'instar de la position de la direction du festival In avant l'ouverture de l'édition 2014, d'avoir un soutien de forme s'avérant finalement être une entrave quant aux prises de mesures effectives afin de mener à bien cette « réforme » ).

« L'intermittence pour tous »

Dans la lignée des travaux de Mathieu Grégoire, sociologue et maître de conférences à l'Université de Picardie (CURAPP), le Comité de suivi travaille à la mise en avant de la pertinence de la création d'un modèle de travail soumis à l'embauche par employeurs multiples et à la discontinuité de l'emploi. Le but escompté est de valider le fait socio-économique que la discontinuité de l'emploi – et donc sa précarisation - est une tendance contemporaine majeure en opposition aux périodes passées de plein-emploi. Le régime d’indemnisation des annexes 8 et 10 pourrait, alors, constituer un modèle pour nombre de travailleurs hors secteur du spectacle. Il s'agit d'avancer l'idée d'un modèle universel d'encadrement du travail dit « précaire » dans le sillage des propositions faites par le comité de suivi pour un modèle plus vertueux du régime d’indemnisation des techniciens et artistes du spectacle vivant et audiovisuel.
Hormis les difficultés intrinsèques à amener ce genre de concept, l'impossibilité d'obtenir les chiffres de fonctionnement du Pôle Emploi rend les calculs pour mener à bien l'exposé d'une telle théorie particulièrement ardue. (l'obtention de ces données chiffrées du Pôle Emploi constituent une priorité majeure pour ces travaux !).

Retour sur la Braderie de Lille (6 et 7 septembre 2014)

Pour l’événement, un stand d'information et de rencontre avec le public fut mis en place en plein cœur de la braderie, des tracts ont été distribués et une campagne d'affichage fut menée ; renforcée par la pose de banderoles sur des façades de la ville, la vente d'autocollants, ainsi que l'installation d'une grande croix blanche, symbole du mouvement, au sommet du terril Sainte-Henriette, longé par l'autoroute A1 (Paris-Lille).
Le but de cette opération était, avant tout, de marquer la « rentrée » des Interluttant-e-s, de faire la démonstration d'une pérennité de la mobilisation et de réactiver l'émulation des « troupes » suite à la démobilisation qui a inévitablement eu lieu durant les mois de juillet et août.
Le bilan de cette opération est positif quant à la diffusion dans l'espace public de la croix blanche afin de contribuer à en faire un signe distinctif reconnu, renommé et s'affranchissant du milieu culturel. La préparation de l'événement nous a également amener à la confection de banderoles, d'affiches, de drapeaux, ainsi que de multiples supports de communication étoffant sérieusement le stock de matériel à disposition des Interluttant-e-s pour les manifestations futures. Néanmoins, force est de constater que les effectifs furent particulièrement réduits en comparaison à la période pré-estival. Il n'est, cependant, pas question de culpabiliser les personnes qui n'étaient pas présentes, mais de se faire force de ce constat ; et de, néanmoins, rappeler aux personnes qui s'engagent formellement à participer à des événements ou à des actions, de respecter leur engagement.
Aussi, des échanges furent menés avec des représentants du PCF, Front de Gauche, Nouvelle Donne, Jeunesses socialistes, etc...qui, eux-aussi, proposaient des stands sur la braderie. Les représentants des jeunesses socialistes, semble-t-il, témoignèrent d'un véritable désaccord avec le gouvernement en place. Et fut mis en avant la nécessité (le devoir !) des partis représentés à l'Assemblée Nationale de participer activement à la mobilisation contre la réforme UNEDIC du 22 mars 2014 (proposition de loi parlementaire, etc...). Au cours de ces rencontres, il fut également constaté que certaines formations politiques, ou même des membres de syndicats de tous bords (cf témoignage d'un échange avec un employeur du BTP cotisant à un syndicat affilié au  Medef) étaient sous-informés quant aux enjeux des accords UNEDIC du 22 mars 2014 et mal équipés en matière de décryptage. Le public étudiant rencontré, quant à lui, semble témoigner un véritable intérêt pour ces enjeux qui le concernera dans un futur proche, une fois débarqué sur le marché du travail. Il en va de même pour le public belge qui, bien que n'étant pas directement concerné par la réforme, se soucie des politiques sociales et économiques menées par leur propre gouvernement et des décisions prises à l'échelle de l'Union Européenne.
Enfin, habitude étant prise de parler d'une « rentrée sociale » durant laquelle nombre de syndicats et de corps de métiers se mobilisent et manifestent, il fut suggéré de se rapprocher de ces autres mouvements dans le cadre d'une convergence des luttes. Quitte à organiser une AG à laquelle seraient invités les représentants de ces différentes mobilisations.

  • Une rencontre/débat est d'ores et déjà prévue, le 25 septembre au Café Citoyen.
  • Une question fut également posée quant à la pertinence de parler, lors de rencontres avec le public, du temps de répétions dans le spectacle vivant qui n'est, la plupart du temps, pas rémunéré et qui  justifierait donc la nécessite et la légitimité des indemnisations entres les périodes rémunérées.  Après un débat succinct, il fut admis que ceci constituait une vérité de la profession mais que l'argument était litigieux – ou du-moins délicat à mettre en avant. Certes, il sensibilise le public à la réalité des métiers du spectacle mais ne permet pas de revendication plus profonde : Le temps de répétition est censé être rémunéré comme toute période de travail. Le contraire tombe légalement sous le coup d'emploi non-rémunéré ; ce qui est non-seulement interdit, mais constituerait un argument contre-productif justifiant le travail non-rémunéré (le rêve du Medef)

Calendrier

  • 11 septembre 2014 : action « Hôtesse de l'air »
Certaines personnes inscrites au Pôle Emploi en tant qu'intermittents du spectacle ont reçu un message du Pôle Emploi ( un sms ! ) les invitant à se rendre au centre commercial d'Englos, munis d'un CV, pour une rencontre avec des employeurs potentiels...pour des postes de « serveur ou vendeur commercial » .
Une action de tractage et de rencontre avec le public est prévue pour l'événement. Il s'agit de dénoncer le « système » Pôle Emploi et ses lacunes. Non de stigmatiser les employés du Pôle-Emploi.
  • 12, 13, 14 septembre 2014 : Fête de l'Huma
Amaury Lebreton, membre du PCF, présent à l'assemblée, nous confirme que les Interluttant-e-s seront les bienvenus :
    • Proposition d'un stand Interluttant-e-s parmi d'autres qui, rassemblés,  formeront un pôle Pays du Nord.
    • Accès à l'une des scènes (Zebrock) pour des prises de parole avant les concerts
    • participation à des débats et forums.
    • Il est question de remettre en place une pétition.
  • 12, 13, 14 septembre 2014 : « Week-end à Rome »
Strike Meeting les 12, 13 et14 septembre à Rome. « C’est l’heure de la grève sociale contre austérité et précarité ! »  une rencontre où convergeront les différentes expériences et les réseaux actifs contre la précarité et les politiques d’austérité dans le contexte italien et européen. La réunion sera ouverte à tous ceux qui veulent s’exprimer sur les contenus et les pratiques de la grève sociale.

    • Programme et information → http://www.autistici.org/strikemeeting/index_fr.html
      → VOTE, Fabiana est mandatée à l'unanimité. (Elle s'y rendra en fonction de ses possibilités)
    • (si personne ne peut s'y rendre, il est pertinent de garder un œil sur la manifestation)
  • 16 septembre 2014 : action de soutien à Sophie Tissier contre le groupe D8/Canal+ aux Prud'hommes de Boulogne-Billancourt.
    • réflexion faite : attention au type d'action à mener. Ne pas provoquer un nouveau report d'audience.
  • ...et, comme tous les mercredis soir depuis plusieurs années, place République/Beaux-Arts à Lille, défilé du Collectif des Sans-Papiers (CSP59) .

Points Divers Abordés


  • Synthèse des commissions : ajournée par manque d'effectif
    ...néanmoins : rappel de la commission « prise de parole »
    + suggestion de création d'une commission Pôle-emploi Service dont l'objectif serait d'aller à la rencontre du personnel du Pôle-emploi ainsi que de ses usagers et de proposer une aide au traitement des dossiers en difficulté. Cette commission serait composée de personnes syndiquées et non-syndiquées.
  • Réflexion sur la question des droits rechargeables
    ...mise en avant de la nuance à apporter aux droits rechargeables en tant que revendication originelle des syndicats des autres corps de métier (hors intermittents du spectacle) et la version proposée par les accord UNEDIC du 22 mars 2014.

CLOTURE DE L'AG
La prochaine AG se tiendra le lundi 15 septembre à 18h (lieu à déterminer)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire