samedi 21 juin 2014

Compte-rendu AG du 19 juin - DRAC de Lille

Président : Antoine Suarez-Pasos
Rapporteur : Mélanie
Vote pour continuer l’occupation. 
Pour à la majorité. Organisation de qui dort là.

Que fait-on si on se fait virer par les forces de l’ordre ?
On en parlera en off.
  • Demander aux gens qui seront à l’extérieur s'ils peuvent être disponibles jour et nuit pour soutenir. On risque d’être viré au petit matin.
Action du Pôle Emploi :

A : Pas de banquet ! Deux délégations : syndicats puis coordination. On a posé la question des dossiers en litiges. Ils feront remonter l’information de nos revendications de la lutte à Paris. Réunion proposée le 25 juin pour les dossiers litigieux.

J : contrôles, mails envoyés d’invitation avec une mention « directeur de compagnie ». C’est vicieux, puisque cela veut dire pas de metteurs en scène etc.
Nicolette : Venir simplement en tant que coordination basta.
T : cela veut dire que la machine continue à avancer que l’agrément soit agréé ou pas. Ils ont déjà leurs outils de prêts.
C : reçus par le directeur régional de Pôle Emploi service. Pierre gambala était présent. Journée du 25 : groupe des administrateurs (groupe des 20) avaient demandé une réunion à propos des contrôles mandataires faits en région. Réunion qui concerne la structuration juridique et les contrôles. Salariés de Pôle Emploi en grève, ont déjà eu des réunions à propos du nouvel agrément.

A : processus déjà enclenché, avec formations en vue de l’application.

J : quelqu’un sait si pour les gens qui renouvellent après le 1er juillet l’agrément sera-t-il appliqué ?

A : dépend de ton dernier contrat. Faire des renouvellements anticipés si c’est possible.

Action congrès des jeunes dirigeants de France : Nicolas G.

On est rentrés facilement, grâce à des intermittents à l’intérieur. Prise de parole : audace de créer des spectacles, explication de pourquoi la lutte, pas des charges mais des cotisations, hués quand nous avons mentionné les cheminots. On a eu les réponses attendues : problème réel de communication. Ils ont peur de l’annulation des festivals.

Interruption par la conférence de presse de Manuels Valls. Accords agréé appliquée le 1er juillet.
Mesures annoncées :
  • Différé pris en charge par l’Etat de façon transitoire.
  • 3 personnes pour refonder le statut d’intermittent. 
  • Pas de baisse de budget pendant 3 ans pour la création (mais coût de la vie augmente donc quand même baisse).
Donc que faire ?
B : Faire un communiqué

A : Pas eu de prise en compte de nos revendications et pas de l’agrément non plus ! Quand Valls parle des droits rechargeables, il ne voit pas les conséquences (commission décryptage). On ne doit pas être vu comme des précaires ++, solidarité interprofessionnelle ! C’est un projet de société, pas une défense de notre statut seulement.

P : pas de quoi se démobiliser puisque gel des budgets de la culture et différé pris en charge par l’État. Ils nous font passer pour des privilégiés étant donné que l’État va payer pour nous avec ses mesures transitoires.

N : communiqué national (demande à Churin de la CIP-IDF) ?

A : Communiqué à mettre au vote. Pourquoi ne pas en faire tous un.

M : je pense qu’il n’y a rien à changer dans notre lutte, nous le savions. Peut-être changer de stratégie, avoir un coup d’avance. Attaquons les vrais privilégiés, arrêter de se justifier.

N : à bas les accords Unedic.
Proposition de M : pas une histoire de riche mais le patronat et le gouvernement qui le sert.
Intervention : F. artisan.
Je vous vois tous les jours réclamer. Je suis artisan, je paye des charges pour moi pour mon entreprise pour mes salariés. C’est très compliqué. Je comprends que vous ne vouliez pas perdre vos acquis, mais je suis obligé de perdre les miens pour payer nos charges. 3 de mes salariés ne peuvent pas venir à cause de la SNCF. Mais je dois toujours payer mes charges.
C : salariés et employeurs du spectacle vivant. Donc nous avons des cotisations plus importantes que les vôtres (10,5% et passe à 13%). Il y a une chose difficile pour nous à comprendre parce que maintien du budget de la culture par l’État (donc argent de la collectivité), on ne veut pas nous entendre sur le fait que l’agrément va nous précariser encore plus. Il faut que l’on reste mobilisé et on le restera.
F : je n’ai aucune animosité, mais la réalité qui est la vôtre n’est pas la même pour tout le monde. Chacun défend son bout de gras. Sauf qu’aujourd’hui, il y a quelques personnes qui ont décidé de ne plus avoir de patron. J’ai choisi un autre métier, mais on a tous ces difficultés, mais il faut assumer, vous ne pouvez pas vous soumettre aux autres corps de métier.
A : pas de comparaison possible. On est tous précaires ici, intermittent n’est pas un métier mais une assurance chômage. Unedic est interprofessionnel !

Retour à l’assemblée générale

P : il faut continuer à déconstruire ce qu’il nous raconte et à ouvrir la lutte avec les gens qui sont concernés par l’Unedic (AG à Pôle Emploi mardi), pour ne pas être cantonnés à la Culture.

C : CGT nationale a la même analyse que nous. Réponse positive au MEDEF et à la CFDT. Caisse autonome des intermittents etc.
… : proposition de revendication. On a des dossiers avec des chiffres. Le gouvernement ne veut pas lire nos propositions, donc revendication nouvelle avec une lecture de la part du gouvernement et qu’ils les réfutent une par une si ils ne l’agréent pas. Exiger qu’ils rendent des comptes.

L : ça fait 10 ans qu’on le demande. Ça ne changera pas.
M : pas de demander une lecture, mais seulement une application de nos propositions !!!!
T : Valls a dit que nous étions séparés du reste des autres corps de métier. Il faut très très très vite montrer qu’on est solidaires (message des autres corps de métier). On se bat toujours contre l’accord Unedic. Il faut le porter dans les boites d’intérim etc. QUESTION DE l’avenir pour la protection sociale et non pas l’avenir de 100 000 intermittents.

M : pas occupation mais réappropriation. Il faut aller vraiment occuper ailleurs et ouvrir ! Et surtout enlever le mot intermittent de nos banderoles ! En disant précaires et chômeurs nous pourrons plus facilement ouvrir.
… : redire ce que l’on pense à la CCI et jeunes patrons en y retournant.

S : Paris occupation du chantier de la philharmonie. Bonne chose étant donné qu’il y a une rencontre avec d’autres personnes (hors des intermittents). Rappel d’une mesure européenne : les gens bossant dans un pays étrangers sont pris en charge par leur pays d’origine. Commission intérimaire : réfléchir à certaines choses.

N : Drac n’est pas la cible même si intéressantes car un local maos continuer de trouver un local auprès de la mairie. Continuer d’autres actions pour que l’on s’en prenne au MEDEF et que le MEDEF ne s’approprient pas le l’Unedic
Y : question peut-on notifier sur les affiches le blog ?
Réponse directe : écrit coordination interluttants 59-62 sur les affiches facile à retenir.
P : on était à cheval sur deux stratégies : défendre l’intermittence et défendre l’inter-professionnalité. Si on veut faire plier les accords Unedic, il faut devenir une vraie coordination interluttante, avec intérimaires, pigistes, précaires. Il faut laisser tomber le côté culture pour toucher tout le monde.

P : on a mis sur certaines affiches l’adresse du blog. Cheminots aussi en grève pour préserver le droit de se déplacer. Je ne suis pas seulement en lutte pour les droits, mais aussi car je pense qu’il est super important de vivre dans une société avec de la culture et de l’art.

M : on est tous d’accord mais là, je continuerais de faire mon métier même sans droits sociaux. Mais on s’inquiète aussi d’une société politique.

MA : éducation populaire et combat politique au bout du compte.
MA : garder notre identité d’artiste ok mais aussi aller ailleurs.
A : d’accord sur le combat politique mais nos arts sont une arme. Utilisons-les.
M : enlever intermittents est simplement une arme de communication pour arrêter qu’ils nous enferment.
A : certains veulent insister plus sur le fait de ne pas appuyer sur le côté intermittents d’autres veulent garder notre identité ; on a quand même Valls qui veut nous mettre en marge. Acter inter-précaire ou intermittents.

P : pas qui ont est mais où on va ! Début de convergence aujourd’hui. On aimerait être des interluttants mais on ne l’est pas puisqu’on a qu’’une cellule intermittents mais personne d’autre. On prétend défendre tout le monde mais on est tous seuls.

T : d’accord avec Pierre B mais on n’est pas tout seuls, on a rejoint une coordination nationale. La forme qu’on doit donner à la suite de la lutte on doit la décider avec tous ceux en France qui se battent avec nous. Dialogue aujourd’hui entre des voyous et des corrompus, peut-on l’accepter comme l’a fait Valls. C’est la question de 65 millions de français, on doit porter cette question sur tout le territoire.
T : Maintenant comment on fait pour investir les agences d’intérim etc. Quel public on vise. Propositions concrètes ?

A : Indignés : intéressant, mouvement très fort mais a pris fin car pas de revendication concrète. Aujourd’hui on a une lutte concrète. Les intérimaires, on doit les sensibiliser ! Ag à faire dans des lieux ciblés, Grand Place ok mais beaucoup de gens qui viennent parler et du coup peut être épuisant car on n’avance pas.

P : rebondir en commissions.

… : commission décryptage. S’engager dans des luttes plus larges cela veut dire être au courant de tous les Blog. Il faut enlever le tract CGT du blog.

O : Intérimaires : indemniser 30€ de l’heure nous 54. Doit-on s’aligner ?
A : ce n’est pas demandé, c’est ce que le gouvernement veut. Pour le décryptage, il faut le continuer pour amorcer la convergence des luttes et que tout le monde soit au courant. Question commissions actions : pour concerter tout le monde, action concrètes et que l’on ne s’épuise pas.
… : rappel que les structures culturelles ne sont pas tenues que par des intermittents (enseignement).

T : transmettre presse, blog, autres CIP.

Vote : plusieurs commissions. Adopté.

B : que fait-on de la vidéo de l’opéra. (Explication de la réaction « mitigée » du public et de la difficulté à faire entendre la convergence de la lutte avec les Cheminots). ? [Sivadier a renvoyé des messages ce matin pour dire qu’il avait apprécié le dialogue proposé]

Point de divergences... super important de montrer et d’expliquer les images de l’opéra. Rendre compte de la réalité. Il faut que l’opinion publique soit consciente  de ce qui se passe. Des difficultés rencontrées et des débats …
Vote : majorité : la vidéo doit être publié mais accompagné d’un texte explicatif de la situation, que derrière la marchandisation de l’art il y a des souffrances, des êtres humains qui rencontrent des difficultés et qui ont des propositions

Proposition de mini groupes. Pour continuer le débat et proposer pour gagner en efficacité.
Commission votée à l’unanimité : Mini Ateliers Commission convergence. Plusieurs commissions actions qui commencent  à 22 h 30. 20 minutes plus tard on rapporte.

ATTENTION : IL EST ÉVOQUÉ EN FIN D’AG LA POSSIBILITÉ DE SE FAIRE DÉLOGER PAR LES FORCES DE L’ORDRE DANS LA NUIT OU LE LENDEMAIN, QUE FAIT-ON ?
  • L : partir sur une autre occupation quand on se fait virer
  • Il faut que les personnes présentes ce soir en AG (qui ne dorment pas sur place) s’engagent à revenir à n’importe quelle heure pour apporter leur soutien s’il y a résistance. Environ 20 personnes s’engagent à revenir.
  • Rien n’est voté : possibilité d’improvisation à la dernière minute.

PROCHAINE AG :
MARDI 24 JUIN 9H30 au POLE EMPLOI - PORT FLUVIAL

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire