samedi 22 mars 2014

Clôture des négociations / Samedi 22 Mars


Bonjour à toutes et tous

Cette nuit la CFDT, FO et la CFTC, ont conclu un accord avec les patrons (MEDEF et CGPEM).

vous le trouverez ici :


IL N'EST PAS ENCORE SIGNÉ !
car ces syndicats doivent en référer à leurs bureaux nationaux respectifs pour accord pour pouvoir ce faire. Mais ce n'est qu'une formalité...

Il faut donc faire pression sur le gouvernement 
pour que le ministre du travail (Michel Sapin) ne signe pas cet accord !
Ils n'ont pris en compte aucune de nos revendications,
pourtant plus juste et moins coûteuses !

>>>>>>>>

Communiqué de la CGT Spectacle

Assurance chômage : des négociations déloyales dans laquelle seule la mobilisation a été exemplaire
Vendredi 21 mars à minuit passé le patronat amené par un MEDEF divisé a posé sur la table des négociations un texte de nouvelle convention régissant les droits à l'assurance chômage des demandeurs d'emploi, travailleurs précaires, intérimaires et intermittents du spectacle.
Alors que plus d'un chômeur sur deux n'est pas indemnisé, le texte comporte un amalgame de droits rechargeables a minima et de reculs aboutissant à une baisse des droits et des économies reposant entièrement sur les demandeurs d'emploi eux même.
Les seuls employeurs mis (lourdement et indistinctement) à contribution sont ceux du spectacle !
Sur les salariés intermittents du spectacle pèsent plusieurs mesures :
l'augmentation de la cotisation va faire perdre presque 1% de salaire net
le plafond mensuel même s'il est élevé
- un différé qui retarde le début de l'indemnisation de plusieurs jours à plusieurs semaines.
L'ensemble de cette séance est un déni de démocratie : de 13h à minuit 15 le MEDEF a négocié avec les futurs signataires sans consulter la CGT , nous les avons vus 1/4h avant la fin pour nous remettre le texte que la CFDT , la CFTC et Fo signeront.
Si les annexes 8 et 10 sont maintenues , grâce à la lutte, les attaques sont dures pour les demandeurs d'emploi, les intérimaires, et les intermittents du spectacle : le patronat économise semble-t-il 400 millions € sur le dos des allocataires. Chiffres imprécis car le directeur de l'UNEDIC a participé de l'enfumage en ne donnant pas les chiffres à toutes les délégations.
Nous continuons de réclamer une vraie négociation sur la base de nos propositions,
Nous dénonçons la déloyauté de ce simulacre de démocratie et la baisse des droits.
Pour toutes ces raisons, nous appelons à continuer la lutte unitairement à Paris comme en régions pour exiger que le gouvernement refuse d'agréer un tel texte.
La lutte continue !

>>>>>>>>

La coordination des intermittents d'Ile de France occupe depuis hier soir le Carré du Temple à Paris, après avoir quitté l'Opéra Garnier. 


Ils sont encerclé par les forces de police.
Ils appellent à une AG ce matin même à 10h00.

Je vous transmets le message sur leur page :

"A première vue, la population la plus brutalement attaquée par les coupes budgétaires est celle des intérimaires, dont l’immense majorité perdrait, sous prétexte de « droits rechargeables », entre 50 et 300€/mois … l’analyse du document et de ses effets est en cours… à suivre.
Non à l’agrément de la convention UNEDIC par le gouvernement
Assemblée générale ce samedi 22 mars à 10h

Les conditions de négociation et l’accord conclu cette nuit au MEDEF sont scandaleux.
Nous, chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, avec ou sans papiers, appelons à une assemblée générale ce samedi 22 mars à 10h au Carreau du Temple occupé, 3 rue Dupetit-Thouars, Paris 3e, M° République ou Temple.
Il serait inacceptable que le gouvernement donne son agrément à un tel accord.
Précaires sur le carreau."

communiqué des occupants du Carré du Temple :

sur l'occupation de l'Opéra Garnier et les négociations qui ont eu lieu hier :



>>>>>>>>>

Communiqué du MNCP
Nous devons nous mobiliser contre l'agrément !


Mouvement National des Chômeurs et Précaires
Communiqué de presse
Samedi 22 mars 2014

Convention UNEDIC 2014 :
une nouvelle attaque contre les droits des chômeurs !

Vendredi 21 mars, dans la nuit, une majorité de partenaires sociaux
sont finalement parvenus à un accord sur l'assurance-chômage, qui
signifie pour l'ensemble des chômeurs un recul de leurs droits,
contrairement aux promesses de certains syndicats et du gouvernement.
Le Mouvement National des Chômeurs et Précaires demande au
gouvernement de refuser son agrément à ce nouveau recul des droits des
chômeurs, obtenu une nouvelle fois sans les consulter.

Obsédés par le déficit de l'UNEDIC, dû largement au chômage de masse
et aux baisses de cotisations accordées depuis des années aux
entreprises, certains partenaires sociaux ont signé l'accord, se
félicitant d'une économie de 400 millions d'euros : trop peu pour
résorber le déficit de l'UNEDIC, mais satisfaisant pour le patronat
qui n'a concédé aucune nouvelle contribution. En brandissant la menace
de supprimer le régime spécifique des intermittents, toujours menacé,
le MEDEF n'a que mieux détourné l'attention médiatique pour s'en
prendre au régime général, et faire porter le poids du déficit de
l'Unedic sur les plus fragiles, seniors, licenciés, chômeurs
indemnisés et travailleurs précaires.

Les nouvelles règles d'assurance chômage sont inacceptables et les
reculs ne sauraient être occultés par la mise en place des droits
rechargeables et la simplification des règles de cumul
chômage/activité réduite.

Tous les chômeurs verront leur plafond d'indemnisation baisser de
57,4% à 57% du brut, coup de rabot inacceptable !

L'augmentation du délai de carence pour l'obtention des droits à
l'assurance-chômage, à 180 jours (actuellement 75 jours) représente
une atteinte inadmissible aux salariés qui luttent pour leurs droits
aux Prud'hommes.

Les intérimaires vont devoir réintégrer en partie le régime général et
sont privés de leurs maigres contreparties à l'extrême flexibilité de
leur travail et l'irrégularité de leurs revenus.

Les seniors les plus éloignés de l'emploi devront attendre 62 ans pour
obtenir le maintient de  leurs allocations jusqu'à leur départ en
retraite. Ceux de plus de 65 ans, exonérés jusqu'alors de leurs
cotisations, vont devoir contribuer au financement de l'Unedic.

Les intermittents conserveront leur régime, mais avec un plafonnement
de leur allocation mensuelle. Jusqu'à quand les annexes 8 et 10 seront
préservées des attaques du Medef ? Une nouvelle remise à plat est
prévue pour fin 2014 !

Les chômeurs, précaires et intermittents continueront à se mobiliser
pour empêcher l'entrée en vigueur de cette nouvelle convention, prévue
en juillet. Des actions coup de poing sont prévues dès la semaine
prochaine.

Virginie Gorson-Tanguy
Chargée de coordination et communication
Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP)
Siège de la fédération : 17 rue de Lancry - 75010 Paris
01 40 03 90 66 - 06 79 91 63 17



>>>>>>>>


RENDEZ-VOUS POUR UNE AG D'ACTION COLLECTIVE RAPIDE ET IMMÉDIATE

LUNDI 24 MARS À 11H00 À LA VERRIÈRE, LILLE

RAMENEZ VOS PANCARTES ET VOTRE PIQUE-NIQUE.



L'inter-com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire